CHIEN D'IVROGNE sa vie son oeuvre

Publié le par charli

Yo, suite de l'historique des fabulous Chien d'Ivrogne, les Creedence Clearwater Revival de la Double (la forêt mythique périgourdine de Jacquou le Croquant), les Stooges de la bouillasse qui colle aux bottes, les maudits rejetons d'une engeance alcoolique et dépravée qui n'ose pas dire son nom, hérésie musicale aux borborygmes sulfureux, blues poisseux et lascif, la note bleue gravée sur l'oreiller comme l'Australie sur la mappemonde...

Ainsi est né Chien d'Ivrogne, au milieu de la boue, des sangliers, des sables mouvants et des moustiques. Au hasard d'une énième réunion éméchée de zicos plus prompts à se torcher l'oesophage qu'à soigner leurs gammes, une première formation prenait vie : le P4 Blues Band (un nom en raison des antécédents militaires des membres de l'équipe).

Puis changement de batteur (l'originel deviendra le chanteur des Hound Dogs). Autour des trois autres maudits batards du groove est vebu s'accoler Adam "Le Bucheron" Richards, un australien échoué entre la gnôle et les tartines de grillons (rillettes de canard), on le distingue à gauche sur la photo ci-dessus. Il est aujourd'hui retourné en Australie où il office au sein de l'excellent groupe rock Ozzie Gold.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur cette photo on voit au premier plan un trio de doubleaux qui commencent à se demander si c'est pas l'heure de boire un coup. Il doit bien être au moins neuf heures du mat, le sous bois en hiver ça sèche les amydales...

Publié dans charlicom

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article