cool chez les babas

Publié le par charli

AAAA h... quel bonheur d,autres latitudes...

Cool chez les babas...

on s,est balade sur la riviere tout autour d,Ayuthaya l,ancienne capitale Thai (temples et compagnie), a bord d,une barque a moteur, meme qu,on dirait que leurs helices sont montees sur des bras de debroussailleuses.

Donc hyper cool, la flotte est aussi boueuse que la Seine , avec autant de plastiques et poissons creves, sauf les deux cadavres d,alligators gonfles, c,etait super beau, ca mettait en valeur la finesse dans l,alignement et l,eclat des ecailles, un bien bel animal...

on s,est fait egalement des temples, Bouddha geant, petits Bouddha, des ruines de temple aux inspirations cambodgiennes. D,ailleurs dans ce temple c,etait marrant, tous les petits Bouddha alignes etaient decapites, je comprend mieux maintenant d,ou viennent toutes les tetes que l,on peut voir dans les belles boutiques d,antiquaires a Bruxelles (entr,autres), ce qui est interessant chez Bouddha c,est son sourire. Heureusement que les Thai n,avait pas le culte de Loana ou de Lolo Ferrari, ca aurait ete plus balaize pour les contrebandiers pour embarquer le plus interessant.

A Ayuthaya, une fois que t,as fait les temples et les ruines et les tuk tuk (poussettes a moteur, genre gueule d,auto-tamponneuse avec une remorque), il reste plus grand chose en dehors du verre de Singha chez Tony,s Place (incontournable pour les occidentaux, l,art d,accomoder une soupe traditionnelle Thai avec des frites).

Alors on s,est casse par le bus de nuit direction le nord, Chaing Mai, centre pour toutes les randos, trekking et autres balades en elephants.

On s,est donc retrouve dans un car climatise, pas trop vieux d,aspect, etage et toilette, aux amortisseurs pourris de chez pourris, au beau milieu d,une masse d,europeens. Allemands babas trentenaires en couples, hollandais sexagenaires suants a casquettes, une brochette de jeunes anglais sages dans leur coin, d,autres occidentaux epars a l,aspect tres cool, cheveux longs, fringues locales ou assimilees, et quelques asiatiques.

Le depart demarrait sur une belle augure, a la tele il y avait Hard to Kill de et avec Steven Seagal, un classique du genre (je crois que le titre en francais c,est Justice Sauvage). Le mec flic balaize qui se fait shooter avec sa femme et son drole, mais en fait il est pas mort, il se reveille de son coma grace a une infirmiere canon qui lui pose sa petite chatte sur le coin de l,oreiller (un animal dans un service de rea, trop fort ces ricains) et qui lui mate le matos sous les draps en se desolant du sort inerte de l,engin (trop fort ce Seagal). Evidemment le mec se reveille, reprend des forces en grace a l,acuponcture et l,encens en tapotant dans des planches en bois (ca faisait marrer les asiatiques a cote de moi) et a la fin il explose les mechants en cassant des doigts, des bras, coups de latte dans les couilles et en enfoncant un morceau de canne de billard dans la carotide du grand mechant. Cool...

Bon jusqu,ici ca semblait super sauf qu,il y avait juste devant l,ecran un duo de grands nigauds hollandais, un le genre barbare iroquois en bermuda a fleurs rouges et blanches (si si je vous jure) et un autre style Tommy des Who, la paire de grands cons dans toute sa splendeur. Et de l,autre cote de l,allee une baba brune aux grosses miches. Ca a pas tarde, patati patata, et vas y que je te refile du Whisky, bouteille d,1 litre dans sa boite, genre 12 ans d,age a 43 degres.

Plus ca y allait, plus la greluche avancait son lard en bavassant, ca me masquait la moitie de la teloche avec sa tete et ses loches. Ils ont siffle la boutanche, la nana se vautrant sur le sieg des deux idiots, eux qui braillaient qu,ils l,aimaient en reclamant un bizou. Putain les lourds, ils m,ont foutu en l,air la fin de mon film quand Steven enfonce le canon de force dans la bouche du senateur vereux apres lui avoir savate severe les burnes.

En plus a un moment, y,a un gros suant rouquin qui s,est precipite vers les gogues (juste devant nos sieges). Ca a pas fait long feu. A peine dedans on a senti l,odeur de la soupe, du bon gras bien chaud, expedie surement avec force genre vomi du cul. Bordel on a eu soudain un vent d,effluves sucres et violents nous assaillir les naseaux, en plus le porc en se barrant il laisse la porte ouverte, l,enfer...

Bon on a quand meme reussi a arriver au petit matin sans encombres.

Allez a plus...

Publié dans charlicom

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article