trek in thailand

Publié le par charli

Yo,

ca y est , on est revenu de l'escapade en montagne. On en a chie comme des brutes, grimper dans la foret, descendre dans les sous-bois, regrimper les sentiers, sauter les ruisseaux, traverser des ponts en bambous... les jambes en plombs, le corps en sueur, jamais autant chie de la sorte depuis l'age ou j'adorais le sport comme un effet liberateur du corps a l'epoque ou les hormones adolescentes tournent a toute berzingue.

Le soir on s'est pose dans un village dans la montagne. Je m'attendais a un truc pour touristes genre Puy du Fou, le village typique reconstitue avec des cochons tout propre, des jardins inutiles, des paysans intermittents... Loin du compte, des purs, des endurcis par la vie rude du bon air non conditionne, marmaille suspendue aux mamelles, dents inegales et jaunies par le tabac artisanal, du burine, tane, visages de cuir, et surtout le guest house pour dormir dans la cabane sur pilotis avec une heureuse moustiquaire en couvercle sur une natte epaisse et rustaude qui a du servir a quantite de precedents touristes de toutes sueurs. Couvertures raides et poussiereuses vibrantes d'acariens thai, la nuit a ete ponctuee de chants de coqs deregles, d'aboiements de chiens paranos, de rats acrobates, d'insectes certainement gigantesques au vu des cris, d'une quantite fenomenale d'activite peripherique a l'heure de pointe.

Les gens etaient vraiment cool, j'en ai profite pour faire quelques dessins et aquarelles des momes aux bouilles adorables. On a bu des bieres (la civilisation a parfois du bon dans son colonialisme), fume un espece de cigare en feuille de bananier et tabac mele de tamaris que j'ai recrache le lendemain sur 5 kilometres de sentiers de montagne, cool.

Apres on s'est envoye un raft sur radeau de bambous. Anecdotique, bon enfant. Sauf qu'a un moment j'ai coince mon baton dans une racine. Emporte par le mouvement de l'embarcation je me suis retrouve sur le cul en bout de radeau, le pied coince entre deux bambous, la gueule presque a affleurer l'eau trouble et fraiche de la riviere, genre Indiana Jones chez les Charlots. Bon a part ca on s'est bien marre.

A plus

 

Publié dans charlicom

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article